L’art de passer un examen du programme de PAA

Il existe un certain nombre de moyens de veiller à bien vous préparer en vue de votre examen dans le cadre du programme de PAA.

Vous pouvez passer en revue les conseils ci-dessous, qui vous aideront à réussir vos examens.

Conseils généraux

Les conseils suivants vous aideront à bien répondre aux questions d’examen du programme de PAA:

• Assurez-vous de profiter d’une bonne nuit de sommeil avant l’examen. Vous maximiserez vos capacités en dormant pendant au moins huit heures.

• Gardez la notion du temps et répartissez judicieusement votre temps. Vous disposez de trois heures pour passer un examen du programme de PAA. Ne vous attardez pas trop longtemps sur les questions qui vous donnent du fil à retordre.

• Commencez par répondre aux questions les plus faciles. Vous aurez ensuite plus de temps pour vous concentrer sur les questions plus difficiles.

• Recourez à la visualisation. Il peut être très contrariant d’oublier des notions que vous savez avoir étudiées. En pareil cas, réfléchissez à l’endroit où vous avez lu ces éléments d’information, que ce soit dans vos notes ou dans le manuel.

• Ébauchez votre réponse (surtout dans le cas des questions à développement et de mise en application).
        o Griffonnez des notes ou esquissez les grandes lignes de votre réponse au dos du questionnaire ou sur une feuille de brouillon que l’on vous fournira.
        o Mettez l’accent sur le contenu, non sur la longueur de la réponse. 
        o Formulez votre réponse en abrégé ou au moyen de phrases courtes.

• Essayez de terminer l’examen en deux heures trente, afin d’avoir une demi-heure pour réviser.

• Lorsque vous répondez à une question ou revoyez vos réponses, PRENEZ UN TEMPS D’ARRÊT et posez-vous les questions suivantes :
        o Ma réponse est-elle pertinente en tous points?
        o Répond-elle à toutes les parties de la question?

• Faites attention aux mots qui se ressemblent. Si vous écrivez « assuré » à la place d’« assureur », le sens de votre phrase sera très certainement différent.

Comment répondre aux questions objectives

Les questions objectives visent à mesurer votre connaissance et votre compréhension de la matière du cours dans un format d’évaluation particulier.

Les questions objectives qui figurent à l’examen au palier national comportent deux parties :

1. Un préambule, qui pose une question, énonce un problème ou constitue une phrase à compléter.
2. Une série de quatre réponses possibles, dont trois sont erronées et une seule est la bonne.

Voici un exemple type de question objective pouvant être posée à l’examen au palier national :
_________________________________________________________________________________________

Un risque, au sens d’objet de l’assurance :
a) se rapporte à un événement dont la réalisation amènerait un sinistre.
b) désigne un risque se fondant uniquement sur une possibilité.
c) est un facteur qui peut influencer le résultat d’un sinistre.
d) désigne un risque se fondant soit sur une possibilité, soit sur une perte.
_________________________________________________________________________________________

Les conseils suivants vous aideront à mieux répondre aux questions objectives :

• Répondez d’abord aux questions dont vous connaissez la réponse. Quand vous aurez terminé, revenez à celles dont vous n’êtes pas certain de la réponse.

• Vérifiez vos réponses. Avant de remettre votre copie, assurez-vous de ne pas avoir oublié de questions.

• Procédez par élimination. Éliminez les réponses qui sont manifestement inexactes en les biffant, afin qu’elles ne soient pas une source de distraction.

• Ne changez pas vos réponses. Les études démontrent que votre premier choix est bien souvent le bon. Par conséquent, à moins d’être absolument certain d’avoir fait une erreur, fiez-vous à votre première intuition.

• Lisez la question en entier, c’est-à-dire le préambule ainsi que chacun des choix de réponse.

• Lisez chaque question comme s’il s’agissait d’une question de type vrai ou faux et choisissez la réponse qui est « vraie ».

• Si vous hésitez entre deux réponses semblables, tentez de déterminer laquelle des deux est la moins bonne plutôt que celle qui est la meilleure. Le fait d’aborder une question sous un angle nouveau peut parfois aider à clarifier l’objectif sous-jacent de la question.

• Lorsque vous vous attaquez à des questions objectives, gardez en tête que la réponse est toujours sous vos yeux; elle ne quittera jamais le questionnaire!

Comment répondre aux questions à développement

Les questions à développement ont pour but de mettre à l’épreuve votre connaissance et votre compréhension de la matière du cours. La plupart d’entre elles visent à évaluer votre compréhension des théories, des concepts et de la terminologie. Certaines questions à développement sont toutefois plus complexes et peuvent vous demander de comparer et de faire une distinction, ou de fournir un exemple.

Un nombre précis de points est alloué à chaque question à développement. Pour que vous obteniez la totalité des points prévus, votre réponse à une question à développement doit comporter le même nombre d’éléments de réponse que le nombre de points attribués à la question.

Les questions à développement peuvent également être subdivisées en sous-questions.

Voici un exemple de question à développement pouvant être posée à l’examen au palier national :
___________________________________________________________________________________________

Expliquez les différentes démarches liées à la prévention des sinistres auxquelles participe l’industrie des assurances
Illustrez votre réponse à l’aide d’exemples. (10 points)
___________________________________________________________________________________________

Les conseils suivants vous aideront à bien répondre aux questions à développement :

• Lisez attentivement la question. Certains mots-clés (par exemple, décrivez ou définissez) vous donneront une idée du type de réponse que vous devez fournir.

• Assurez-vous que le nombre d’éléments de réponse apportés corresponde à la pondération de la question.

• Répondez aux éléments de la question que vous connaissez. Le fait de voir votre réponse par écrit pourrait vous aider à vous rappeler les éléments manquants.

Comment répondre aux questions de mise en application

Les questions de mise en application visent à mesurer votre capacité à mettre en pratique la matière du cours dans le contexte d’une mise en situation courante en assurance. Pour formuler votre réponse, vous pourriez devoir vous reporter à la matière vue dans plusieurs sections du manuel, ou encore, dans certains cas, à une seule section précise. Ces questions vous donnent la possibilité de démontrer au correcteur de l’examen que vous connaissez la matière du cours et que vous ne vous contentez pas de la répéter textuellement.

Une question de mise en application comporte une mise en situation, suivie d’une question.

Voici un exemple de question de mise en application pouvant être posée à l’examen au palier national :

______________________________________________________________________________________________

La Garantie totale, compagnie d’assurance couvre un risque évalué à 2 500 000 $, moyennant une prime originale de 10 000 $. Afin de répartir ce risque, elle en a confié, en réassurance, 30 % à la compagnie Assurance Bénédiction et 20 % à la compagnie Garantie Plus et ce, moyennant le même pourcentage de la prime.
a) Identifiez et expliquez le type de réassurance auquel l’assureur a fait appel dans ce cas. (4 points)
b) Quel pourcentage de la prime annuelle recevra chacune des compagnies, le cas échéant? Expliquez comment vous procéderez pour en déterminer le montant. (6 points)
c) Est-ce que chaque compagnie sera tenue de payer, si un sinistre se produit? Si tel est le cas, quel montant devra être déboursé par chacune d’entre elles? Montrez vos calculs. (10 points)
______________________________________________________________________________________________

Les conseils suivants vous aideront à bien répondre aux questions de mise en application :

• Lisez bien la question. Il arrive souvent que les étudiants ne remarquent pas, ou interprètent mal, un mot-clé ou une expression importante qui détermine le type de réponse demandée.

• Soulignez ou surlignez les mots-clés de la question. Cela vous aidera à bien comprendre ce que l’on vous demande et vous permettra de répondre correctement.

• Préparez un canevas de réponse afin de structurer vos idées. Écrivez les grandes lignes de votre réponse au dos du questionnaire d’examen ou sur une feuille de brouillon que l’on vous fournira avant d’en rédiger la version définitive dans le cahier prévu à cet effet.

• Rédigez votre réponse en abrégé si la question le justifie ou si vous manquez de temps.

• Portez attention à la pondération et fournissez une réponse comportant tous les éléments nécessaires. Une question de mise en application vaut souvent 20 points. Aussi, votre réponse devrait-elle comprendre au moins 20 éléments et être d’une qualité suffisante pour démontrer votre connaissance de la matière figurant dans le manuel.

• Sachez convaincre le correcteur de vos connaissances en répondant précisément à la question. Donnez une réponse directe et évitez de digresser.

• Soignez votre écriture. Les correcteurs ne pourront pas vous accorder de points s’ils ne parviennent pas à déchiffrer ou à interpréter votre réponse.

 Comment se préparer à un examen du programme de PAA